Le CLUB du CHIEN de DEFENSE et de POLICE de LYON, créé le 28 Février 1935, notre club a 80 ans…  Sa dénomination  a une histoire…

A l'occasion de son 80 ème anniversaire le Club de Chien de Défense et de Police de LYON change de nom tout en conservant les mêmes initiales...

Si aujourd’hui  le club est ouvert à tout possesseur de chien qui souhaite apprendre à éduquer leur chien et à partager des moments forts avec celui-ci, il faut savoir que dans la première partie  du 20 ème siécle (années 1900 ) les chiens  utilisés par la police étaient entrainés dans ce type de club, c’est pour cela que ces clubs avaient  pris pour dénomination «  Clubs de Chiens de Police ».

En effet, ce n’est qu’ à la fin du  19 ème siecle  que la Préfecture de Paris prend conscience du rôle du chien et de sa valeur. A cette époque la bande « des Apaches » sévit dans Paris, attaque le « bourgeois » (par la méthode de l’étranglement pour lui vider les poches) et des policiers se font tués, les malfaiteurs n’hésitant pas à sortir le surin ou le révolver.

Le commissaire de Police de la ville de Gand en Belgique, Mr Van Wesemael avait convaincu en 1899 le Maire et  avait obtenu l’autorisation d’organiser à titre d’essai un service de chiens veilleurs pour suppléer les gardes de nuit. Les arguments avancés par ce commissaire étaient à plus d’un titre convaincant : « Augmenter le nombre des gardes de nuit couterait plus cher que ces chiens veilleurs. L’animal peut poursuivre plus rapidement qu’un homme à travers les champs ; il constitue un ami dévoué aux gardes de nuit, un défenseur intrépide, agile et courageux ; il inspire plus de terreur au malfaiteur et a cette inappréciable qualité du flair et une ouïe très fine. »

L’opération a débuté avec 3 chiens. Encouragé par les résultats, leur nombre fut porté à 16…

 

La presse française se fait très vite l’écho de cette expérience, dans la revue « Je Sais Tout » paru en octobre 1907, un article intitulé « Le chien, gardien de la Société »

 

De plus en plus d’exploits de ces chiens veilleurs sont relatés par la Presse. Notamment celui d’AZOR « …qui lors d’une tournée d’inspection, tombe d’un coup en arrêt : quelque chose d’anormal se passe dans un jardinet qui précède une villa. Azor s’élance va fureter et peu d’instants après, son garde entend des cris de femme. Azor venait de surprendre deux malfaiteurs, un homme et une femme en flagrant délit de cambriolage… Tandis qu’Azor tenant la femme en respect, jusqu’à l’arrivée de son garde, le complice prenait la fuite. Mais il ne courut pas loin, il le livra aux mains de la Police. Cependant Azor ne se tenait pas pour satisfait. La double arrestation opérée, il retourna à la villa cambriolée d’où il revint tenant dans entre ses dents un trousseau de fausses clés. » (Cf Le Petit Journal Illustré 1907)

Des clubs de chiens de Police se forment ça et là du coté de la Belgique et du coté France.

 

Le 7 avril 1909 la préfecture de Paris signe une convention avec le Baron de Rothschild président du Club des chiens de Police pour une année à titre d’essai, aux termes de laquelle le Club loue 20 chiens de Police, au prix de 200 francs par an par chien.

 

Parallèlement des concours internationaux de chiens de Police sont organisés depuis 1908. Deux disciplines sont développées au cours de ces compétitions: la première destinée aux chiens de Police avec épreuves de défense et d’attaque (9 épreuves) et celle destinée aux chiens de recherche (épreuves de recherche / rapport et pistage)

 

 

Et puis arrive la guerre de 1914/18 qui voit peu à peu s’éteindre ces expériences de chiens auxiliaires de la Police… Quelques gardiens de la paix utilisent à titre individuel des chiens pendant leur tournée… Des clubs d’entrainement de chiens de police et de Défense voient le jour… Dont notre club en 1935 à LYON.

 

Depuis, en 1950 a été crée une unité cynophile spéciale au sein de la Police, et partout en France se mettent en place des brigades canines. Le 1er septembre 1965, le Centre national de formation des unités cynophiles est implanté à Cannes- Ecluse en Seine Maritime…

 

Pour autant les anciens clubs dits « chiens de Police » qui ne remplissent plus les mêmes fonctions qu’au moment de leur création demeurent ou disparaissent, le notre est toujours là.

 

 

Concernant l’histoire de notre club et des personnes qui l’ont fait vivre et évoluer, il faut commencer par Monsieur DESVIGNES, Président fondateur qui donne naissance au Club de Défense et de Police de Lyon le 28 février 1935.

 

>> Devant le développement de l'utilisation du chien dans l'Armée dans les pays voisins de la France, le Club a pris à coeur de recréer les chenils des chenils militaires français.

Ainsi sans soutien financier de l'Etat français, le CCDP-LYON a reconstruit dans les casernes des chenils militaires en 1935 et 1936 tout en organisant des manifestations au profit de chiens de guerre et a pu fournir ainsi des chiens à l'Armée.

 

Les terrains d’entrainement en 1935, se situent à VILLEURBANNE 35 Rue de l’Egalité.

Trois années plus tard, Monsieur DESVIGNES décède et c’est Madame LOYET qui assure l’intérim jusqu’en juillet 1938, remplacée rapidement par Monsieur BRESSE.

 

Depuis1939, comme vous le savez la France est entrée en Guerre contre l’Allemagne et ses alliés… Le Club continue de fonctionner… Bien que gêné pour mener à bien ses objectifs initiaux: convaincre du rôle primordial du chien de guerre via des cours sur le dressage et son utilisation.

 

Après la période de « la drôle de guerre » et l’appel du 18 juin du Général DE GAULLE en 1940, l’Assemblée Générale du Club de Défense et de Police de Lyon désigne le 3 octobre de cette même année Mr Jean SERMET Président, qui assumera ce mandat jusqu’à sa mort en janvier 1961.

Sous l'occupation et le gouvernement de VIchy, le Président Jean SERMET fait une demande auprès du Ministère de l'Agriculture installé à VIchy pour obtenir de quoi nourrir les chiens des chenils.

 

        " [...]...Si la guerre n'était pas venue interrompre notre tâche, nous devions faire un cours sur l'utilité du chien de guerre , son dressage et son emploi. A la déclaration de guerre, Mr Catherineau, lieutenant de réserve qui était le président de la section des chiens de guerre, dut rejoindre son régiment et  nous n'avons pu, pendant la période de temporisation, continuer notre action. D'autres sociétés ont profité de nos services rendus, malgré celà nous leur avons remis des chiens de race pure. Ces chiens étaient adultes et étaient aptes à assurer des liaisons car ils avaient été dressés. Aujourd'hui vous demandons l'autorisation de nous faire avoir pour nos chiens de la nourriture ne serait-ce que des déchets de pâtes ou autres aliments qui ne pourraient être utiilisés pour la consommation des gens car nous aimons nos bêtes, et ce sont comme nous vous le disons plus haut que des chiens UTILITAIRES et Pure Race, la plupart sont des chiens de berger, Beauceron, Bergers Allemand,de Brie, Berger Belge Malinois, etc... Nous espérons Monsieur le Ministre que vous voudrez bien étudier notre cas et dans l'espoir que notre demande sera agréée, recevez Monsieur le Ministre l'assurance de notre entier dévouement."   (27 juin 1941- Le Président J. SERMET, 20 rue de la Perle BRON)

 

Pendant la présidence de Jean SERMET, les terrains d’entrainement changent d’adresse : en 1953 toujours à VILLEURBANNE, rue Gervais Bussière. Et en 1957, le club dispose de deux  terrains : un au 35 Rue de Roses à VILLEURBANNE et un autre au stade de Charbonnières.

 

Du 7 juillet 1961 au 19 septembre 1969, Monsieur  Gaston SALVATORI deviendra Président, puis Monsieur Roger Peyratout assurera l’intérim jusqu’au mois de Décembre 1971.

 

Depuis 1965, les terrains d’entrainement ont changé d’endroit, fini Villeurbanne, tout est concentré sur Chassieu, à l’emplacement du terrain de golf actuel.

 

Monsieur GERARD COLOMB qui est élu Président du Club le 1er Décembre 1971, oeuvra pour le développement du Club et l’animation des disciplines canines pendant 40 ans, aidé de son épouse Thérèse COLOMB, qui nous a quitté récemment en 2011 et que beaucoup d’anciens encore présents au club ont bien connue.

 

En 1987, après 22 ans d'activité à Chassieu, le Club s’installe définitivement à ST LAURENT DE MURE en bordure de la Route Nationale 6.

 

Monsieur Bernard LOUIS, l’actuel président a succédé à MR Gérard COLOMB, consécutivement à  la décision de l’AG de 2010  et ce, dans le cadre de l’élection de nouveaux administrateurs.

© CCDP-LYON

Nous contacter pour plus d'informations

06 71 12 97 57

04 72 48 45 74

 

Adresse Terrain & Cabane

Départementale 306

69720 SAINT LAURENT DE MURE

Réseauter avec nous

  • youtube-square
  • flickr-square
  • Facebook Social Icon