Comment bien nourrir son chien?

Respecter les besoins physiologiques du chien par une nourriture adaptée est une démarche indispensable pour lui permettre de vivre plus longtemps en bonne santé parce qu’il disposera de meilleures défenses immunitaires, une bonne hygiène buccale et un transit sain.

Se passer des croquettes et des pâtées industrielles est bien plus facile que certains voudraient le faire croire.

 

Le chien trouve tout ce dont il a besoin dans la chair et os de proies crues

Inutile de compléter avec des légumes cuits ou crus, il n’en profitera pas car contrairement aux humains, il n’a pas ce qu’il faut pour assimiler et digérer la cellulose et n’a pas besoin de glucides (céréales, riz, blé, fructose, sucre…)

De temps en temps des fruits de saison pourront lui faire plaisir, telles que des cerises, pommes, poires, framboises, melon, banane…

 Un principe à retenir : de la viande et/ou du poisson cru tous les jours, en une seule fois et c’est tout !!!

Quelle quantité ?

Entre 1 et 3% de son poids adulte selon les chiens, leur activité… Plus le chien appartient à une grande race, plus le % diminue… Ensuite c’est à ajuster en fonction du métabolisme, car il y en a qui profitent plus que d’autres

EXEMPLES :

  • Pour un chien de 5 Kg = Prévoir entre 100 et 150 gr

  • Pour un chien de 10 Kg = Prévoir entre 150 et 200gr

  • Pour un chien de 20kg = Prévoir entre 350 et 550gr

  • Pour un chien de 30Kg = Prévoir entre 550 gr et 750gr

  • Pour un chien de 60 Kg = Prévoir entre 650 et 1200 gr...

L’équilibre se faisant sur une semaine, vous pouvez ne pas donner la même quantité tous les jours, un jour plus, un jour moins et s’il faut un jour de jeun par semaine.

Attention à garder votre chien avec un poids de forme, que sa taille soit bien visible, qu’on sente bien ses côtes et sa musculature… Trop de chiens souffrent de surpoids qui compromet leur santé et leur vitalité : problèmes de diabète, problèmes d’articulation, problèmes rénaux…

Concernant les chiots, le régime alimentaire est le même, en se référant au niveau des portions journalières plutôt au poids du chien adulte qu’il deviendra.

Dès 6 semaines, les chiots peuvent commencer à manger de la viande ou du poisson sans avoir besoin de les hacher.

>> A cet âge, la plupart des chiots préfèrent la nourriture qui nécessite de déchirer et de déchiqueter, aussi on ne doit plus leur présenter de viande hachée. L’alimentation à long terme des chiens âgés ou sans dents peut nécessiter de hacher leur nourriture. En principe, même des chiens totalement ou partiellement édentés peuvent, en utilisant leurs simples gencives, se débrouiller avec des ossatures de poulets. Ils tirent de cet exercice un bénéfice physique et mental et tonifient également leurs gencives.

Lors de sa prise alimentaire, il se peut que le chien ou le chiot régurgite ce qu’il a avalé, c’est normal c’est un processus d’assimilation routinier chez le carnivore, il vomit et remange.

Le Chien est constitué d'un système digestif opposé à celui de l'humain qui le nourrit

>> A contrario de l’humain, le carnivore a une salive peu abondante dépourvue d’enzymes de digestion dont l’amylase et la cellulase. Son organisme est donc incapable d’assimiler efficacement de très grande quantité d’hydrates de carbone et de végétaux, mais il est tout à fait capable de digérer des protéines animales crues.

L’excès de céréales et de végétaux dans l’alimentation du carnivore met son métabolisme à grande contribution de façon inutile. Les glucides surchargent son pancréas qui travaille alors pour deux, entraînant souvent des maladies dont le diabète et la pancréatite.

 

>> Sans enzyme de digestion dans la salive, le processus digestif du carnivore ne débute pas dans la gueule, mais bien dans l’estomac où les enzymes digestives endogènes et l’épanchement du liquide digestif sont efficacement excités par la présence d’une nourriture à base de viande crue.

>> A la vue et à l’odeur de la nourriture crue, les glandes salivaires du carnivore produisent un liquide de type muqueux peu abondant, contenant du mucus servant de lubrifiant pour déglutir et protégeant le pharynx lors de l’ingestion des aliments vers l’œsophage. Il sert à déglutir rapidement la nourriture, plutôt que d’humidifier pour mastiquer longuement comme c’est le cas chez les autres mammifères.

>>La paroi œsophagienne est recouverte d’une couche protectrice de kératine, qui procure une résistance contre les agressions de la vie courante : certains éléments de la nourriture peuvent être rugueux piquants voire même tranchants (patte et bec d’oiseaux, esquille d’os cru) sans qu’ils ne créent de contusion sur leur passage. La couche de kératine diminue en conséquence les risques de perforations des parois de la muqueuse œsophagienne.

L’estomac d’un carnivore sécrète énormément plus d’acide chlorhydrique qu’un humain et de sucs gastriques acides et agressifs qui lui permettent de digérer naturellement une nourriture carnée crue et de combattre aussi les bactéries. L’estomac du carnivore est tapissé d’un mucus qui protège les parois et prévient les risques de blessures avec un os cru pointu.

La qualité de la nourriture ?

De la viande et/ du poisson de consommation humaine (qui a fait l’objet d’un contrôle vétérinaire)

Le poisson si possible entier lorsqu’il ne s’agit pas de gros poissons (sardines, harengs, maquereau, truite…) ou en tronçon

Toutes les viandes pourront faire l’affaire : bœuf, volaille, veau, mouton, agneau, porc, lapin, gibier…

Privilégier les parties avec des os, carcasses de poulet ou de dinde ; cuisses, côtes, plat de côtes, cous, tête…

>> SURTOUT PAS D’ARÊTES ou d’os CUITS !!!

​D’une part, ils n’apporteront pas les nutriments dont le chien a besoin, d’autre part ils seront difficilement digérés et risqueront d’occasionner des accidents de type occlusion.

Varier autant que possible le type de viande, en fonction des promotions ou des bonnes affaires que vous pourrez trouver chez le boucher ou les grandes surfaces.

  • Vous pourrez aussi trouver de la viande à bon marché auprès de sites tels « Barfdiscount.fr » qui récupère les invendus des volaillers, éleveurs d’animaux de denrée, piscicultures…

  • Certains groupes et réseaux s’organisent pour acheter de la viande en grosse quantité via des éleveurs canins qui nourrissent leurs chiens de cette façon.

  • Vous pouvez vous entendre aussi avec votre boucher pour obtenir des déchets, veiller simplement à ne pas donner que du gras néanmoins à votre chien, si votre boucher ne vous propose que cela.

  • Sachez que vous pouvez donner sans problème de la viande qui a dépassé la DLC de quelques jours.

 

Décongeler et recongeler la viande ne constitue pas un problème, l’acidité gastrique des carnivores est telle que les bactéries seront tuées dans leur estomac.

Ne pas donner cependant de la viande avariée ou os en voie de décomposition.

Veillez surtout à ce que le chien puisse avoir sa ration d’os quotidienne, au moins 40 à 45% de sa gamelle. Les os charnus riches en calcium et en phosphore représentent une partie importante du régime physiologique.

Le calcium n’est pas un supplément optionnel mais un composant critique de l’alimentation d’un chien, toute carence peut être dangereuse pour sa santé. Bien que le viande soit le composant primaire de l’alimentation physiologique, il n’existe pas assez de calcium et phosphore dans les muscles et les organes pour répondre à tous les besoins de l’organisme. Outre le maintien de la santé et de la solidité des os, le calcium est essentiel au fonctionnement cellulaire et immunitaire, à la coagulation sanguine, aux contactions musculaires à la transmission des impulsions nerveuses et une saine formation des dents.

Les abats (reins, testicules, cervelle, rate…) et notamment le foie riche en vitamines A, B3, B9, B12, C et K doivent être donnés avec modération. De 5 à 10% du poids de la gamelle et pas forcément tous les jours.

Le cœur qui est un muscle ne compte pas pour un abat, mais comme de la viande. On peut éviter les poumons qui ont peu de valeur nutritive.

Une alimentation constituée d’os charnus contribue à éradiquer beaucoup de pathologies et notamment celles consécutives à une mauvaise hygiène dentaire induisant une maladie dentaire ou gingivale.

Grâce à cette nourriture adaptée, les chiens sont en parfaite santé et ne doivent jamais se faire détartrer les dents, leurs dents restent blanches et sans tartre, leur haleine est neutre et leurs gencives sont parfaitement saines durant toute leur durée de vie

C’est l’habitude de donner à nos animaux de compagnie une nourriture dénaturée qui contribue grandement à la maladie

Il est très important de nourrir les chiots le plus tôt possible à base d’os charnus crus afin de leur éviter des surdosages en vitamines et minéraux et leur assurer une croissance harmonieuse

En revanche si le chiot est nourri avec des croquettes ou de la pâtée pour chien, les additifs en vitamines et minéraux, mal dosés et mal assimilés ne pourront pas lui assurer un développement harmonieux, il risquera le surpoids, une croissance trop rapide par des apports énergétiques trop élevés, autant de facteurs déclenchant des maladies des articulations.

Vous pouvez donner des compléments alimentaires, tels que l’huile d’Onagre bio, Huile de Rose Musquée, huile de Sésame, Huile de coco, si la viande ne provient pas d’élevages bio de plein air.

Donner de temps en temps des œufs avec la coquille si les poules sont élevées en liberté.

Attention: il faut absolument éviter les aliments suivants :

  • Les oignons, les poireaux, ciboulette et radis (famille des alliacés) qui sont dangereux pour le chien

    • Le poireau et la ciboulette sont impliqués dans de nombreux cas d’empoisonnement mais c’est l’oignon qui crée le plus de dégâts. Il a été prouvé que 2 composants organo sulfuré très toxique : le propyl disulfure et notamment le sodium de propylthiosulfate isolés à partir d’oignon bouillis, étaient responsables d’une augmentation de la formation des corps de Heinz, (une anomalie qui entraîne un changement de la structure de l’hémoglobine),  et d’une anémie hémolytique Il est donc important de vous assurer de ne pas donner d’oignon sous quelques formes que ce soit.

  • Les champignons, outre les toxiques, certains comestibles pour les humains, ne le sont pas pour les chiens.

 Toxic

 Toxic

© CCDP-LYON

Nous contacter pour plus d'informations

06 71 12 97 57

04 72 48 45 74

 

Adresse Terrain & Cabane

Départementale 306

69720 SAINT LAURENT DE MURE

Réseauter avec nous

  • youtube-square
  • flickr-square
  • Facebook Social Icon